Mercenaires

Début : Aventuriers & hobgobelins

Premier contacts avec l’escouade anti-dégâts et début de la campagne.

C’est autour d’une table en chêne que tout commença. Rudement taillé, robuste, elle supportait les chopes bien remplies des chefs mercenaires.
Un clan de hobgobelin rôdait dans les environs, terrorisant les villageois, avait dit le baron d’Aubépine. Le plan était simple : on les trouve, on les convainc de partir. Et dans le cas contraire… bref vous savez.

Après avoir foutu les jetons aux gamins du village, on nous indiqua les fermes isolées, car même Tarn le folichon ne donnait pas de nouvelles. Grâce aux talents de pisteur de Mr. Snugglebutts et au lien spirituel avec la nature de Helbin Chercheterre, retrouver la piste fut aisé.

Le pont coupé le fut beaucoup moins : les paladins en armure naine ne flottent pas vraiment. Une fois ce cauchemar terminé, nous retrouvâmes le groupe d’aventuriers, les Chiens Perdus, grands guerriers pas bien finis. Ils étaient aussi à la poursuite des hobgobelins, mais quelque chose semblait sonner faux.

Nous essayâmes en vain de négocier avec le chef des pillards, mais il ne fut point possible de lui faire entendre raison, et seul un raid nocturne sembla être capable de les mettre en fuite.

Après un combat sanglant, nous retournâmes à notre campement afin d’écouter le rapport du reste de nos mercenaires. Malheureusement deux manquaient à l’appel, ayant succombé au contre-coup d’une attaque solitaire contre le chef des hobgobelins par les Les Chiens Perdus, et un troisième ne passa pas la nuit malgré les soins apportés par Dragor Mènelumière.

Le lendemain matin, après une rapide reconnaissance, il apparut que le reste des hobgobelins avaient fuit et il ne restait que des ruines encore fumantes de leur camp. Nous nous mîmes alors en route promptement pour la forteresse d’Aubépine afin de recevoir le salaire promis.

Arrivés sur place, nous ne furent pas étonnés d’apprendre que les chiens galeux nous avaient devancé et avaient berné le “brave” Baron Faldor d’Aubépine et empoché la moitié de la récompense. Mais plutôt que de se lancer dans une vaine quête de vengeance, nous nous mîmes en route vers deux villages, l’un elfe et l’autre nain, qui cherchaient des mercenaires afin de leur venir en aide.

Comments

dupresjo dupresjo

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.